• Véronique Vandebroeck-Abeels

Faire l'amour après une descente d'organes : possible, dangereux ?

Article du 13/09/22 du journal des femmes : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sexo-gyneco/2842795-faire-l-amour-apres-une-descente-d-organe-prolapsus/?fbclid=IwAR16mXa9C7bWN3tZauO_5IJ9l_Qpt8YhdNVUuMx7phuhDVgHoWpJ59qHBFg

Environ 40% des femmes, au-delà de 45 ans, présenteraient un prolapsus (descente d'organes) plus ou moins évolué. Peut-on continuer de faire l'amour ? Au contraire, est-ce dangereux ? Douloureux ? Quelles positions sexuelles favoriser ?

Conseils de Véronique Abeels, sexologue et kinésithérapeute.

  • Est-ce dangereux ?

  • Est-ce douloureux ?

  • Peut-on voir l'organe ?

  • Conseils pour faciliter le rapport

  • Positions

La descente d'organes ou prolapsus pelvien (utérus, rectum ou vessie) est une pathologie qui toucherait entre 30% et 50% des femmes de tous âges (40% des femmes de plus de 45 ans), rapporte la Haute autorité de Santé en 2021. Entre 10% et 20% des prolapsus sont pris en charge chirurgicalement, avec notamment la pose d'un implant pelvien visant à soutenir les organes qui s'affaissent. Pour les femmes souffrant d'un prolapsus, la sexualité peut être fortement impactée. Après une opération de descente d'organes (opération par voie cœlioscopique ou par voie vaginale), "il est recommandé de ne pas avoir de rapports sexuels avec pénétration pendant au moins 1 mois afin d'éviter de solliciter les cicatrices du vagin", indiquait le Dr Adrien Vidart, chirurgien urologue, interviewé en avril 2020. Peut-on faire l'amour après une descente d'organe ? Est-ce dangereux ? Douloureux ? Quelles précautions prendre ? Quelles positions sexuelles privilégier ?

Conseils de Véronique Abeels, sexologue et kinésithérapeute spécialisée notamment dans la rééducation Pelvi-Périnéale, pour une intimité épanouie.

Est-ce dangereux de faire l'amour en ayant un prolapsus ? "Absolument pas, indique d'emblée Véronique Abeels. Il est même possible de vivre une sexualité épanouissante, mais cela demande de l'adaptation et d'écouter le plus possible son corps. Il faut rétablir la vérité sur des fausses croyances qui ont la peau dure. On pense à tort qu'un rapport sexuel est "interdit" en cas de prolapsus, or pas du tout". Il faut respecter le délai d'un mois après l'opération en revanche. Passé ce délai, le rapport, même pénétratif, n'a aucune conséquence sur l'affaissement de l'organe. De plus, l'orgasme favorise le travail des muscles du plancher pelvien - les muscles périnéaux sont mobiles et se contractent de manière rythmée - ce qui permet de renforcer la fonctionnalité du périnée. Un périnée compétent est mobile, souple, dynamique et aussi tonique.

Est-ce que ça fait mal ?

"On a longtemps cru à tort que c'est uniquement le soutènement (les muscles périnéaux, le plancher pelvien) qui s'affaisse et qui cause un prolapsus d'un organe pelvien, alors qu'on sait maintenant et c'est prouvé par des recherches scientifiques que c'est la qualité de l'appareil suspenseur des organes (ligaments suspenseurs, fascias...) qui, souvent, est en cause dans la descente des organes pelviens." "Cela dépend du stade d'avancement du prolapsus. La plupart des femmes ne ressentent ni gêne ni douleur pendant les relations sexuelles pénétrantes". Lorsque la femme ressent une gêne, cela se traduit généralement par une impression de pesanteur, de lourdeur, "d'être assise sur un œuf". Des douleurs pelviennes et lombaires peuvent apparaître. Une prise en charge médicale, chirurgicale ou une rééducation pelvi-périnéale atténuent le problème dans la majorité des situations. Actuellement, on commence toujours par de la kiné pelvi-périnéale même s'il y a de la chirurgie ensuite. Aussi, c'est généralement en fin de journée que la gêne liée au prolapsus est la plus forte. "Privilégiez donc le matin ou le début d'après-midi", recommande notre experte.


Les causes possibles du prolapsus génital :

  • Un accouchement difficile

  • Des grossesses multiples

  • Des interventions chirurgicales ou certaines chimiothérapies

  • La station debout prolongée ou port de charges lourdes

  • Une constipation sévère

  • Des maladies chroniques avec de la toux (asthme, rhinite allergique, bronchite chronique...)

  • Les prolapsus restent rares chez les hommes et sont souvent liés à une chirurgie du rectum.

Le partenaire peut-il voir ou sentir l'organe ? "Ce n'est pas impossible, mais il est peu probable que le partenaire puisse voir votre prolapsus pelvien", indique notre interlocutrice. Il faut être spécialisé ou avoir une formation médicale pour identifier et visualiser un prolapsus d'un organe pelvien. De plus, lorsque vous êtes en position couchée, les organes pelviens ne sont pas tirés vers le bas (les prolapsus, particulièrement ceux débutants, ne se font souvent ressentir qu'en position debout à cause de la gravité), cela veut dire qu'à moins d'être gynécologue, ou professionnel de santé en général, le partenaire a peu de chance de voir ou de sentir le prolapsus pendant un rapport sexuel. "Certaines femmes dont le prolapsus est d'un grade avancé peuvent avoir une sorte de "boule" (l'équivalent d'un œuf) qui ressort du vagin et qui pourrait éventuellement être sentie par leur partenaire, mais généralement on leur donne des conseils pour adapter leur sexualité et avoir une communication dans le couple fondée sur la bienveillance et l'acceptation. Si vous êtes à l'aise, osez en parler avec votre partenaire". Schéma des différents types de prolapsus © Hôpitaux universitaires de Genève

Comment faciliter le rapport sexuel si on a un prolapsus ?Videz votre vessie et vos intestins à l'avance, "ces organes prennent moins de place quand ils sont vides", rappelle notre spécialiste. ► Etre créatif. "Stop aux diktats de la pénétration : l'intimité ne se résume pas au sexe vaginal et à la pénétration. Il y a 1001 façons d'avoir une intimité épanouie (caresses, massages, jeux intimes, câlins, bains à deux, mots choisis et compliments, ambiance romantique...)Utiliser du lubrifiant pour avoir un meilleur confort au niveau des muqueuses. Choisissez-le de bonne qualité, hypoallergénique. ► Envisager la mise en place d'un dispositif de soutien intravaginal. Les femmes qui ont une descente d'organe plus importante peuvent avoir recours à un pessaire qui permet de ramener l'organe descendu dans sa position normal, ce qui permet un véritable confort pendant la pénétration. Remarquons que ce ne sont que certains types de pessaires qui peuvent être gardés pendant un rapporte sexuel pénétrant. ► Avoir recours à la rééducation pelvi-périnéale : "en tant que kiné, on éduque la patiente sur les troubles de la sphère pelvienne, la physiopathologie et l'anatomie ; on lui donne des conseils comportementaux du mode de vie au quotidien (gestion des portages, de la toux par exemple) et des informations sur l'intimité et la sexualité ; on lui apprend des exercices pelvi-périnéaux (respiration correcte, posture juste, abdomen compétent, biofeedback instrumental (avec une petite sonde vaginale ou anale)...), liste la spécialiste. ► Oser l'auto-érotisme (masturbation) et s'octroyer des moments calmes, à soi pour se faire du bien (stimulation du clitoris, bain...), augmenter sa libido et augmenter sa confiance en soi. ► Après une opération de descente d'organes (opération par voie cœlioscopique ou par voie vaginale), "il est recommandé de ne pas avoir de rapports sexuels avec pénétration pendant au moins un mois afin d'éviter de solliciter les cicatrices du vagin", indique le Dr Adrien Vidart, chirurgien urologue, interviewé en avril 2020.

Quelles positions privilégier en cas de prolapsus ? "Evidemment, il faudra certainement ajuster vos positions et adapter le rythme des mouvements du bassin pendant les rapports sexuels. Vous pouvez utiliser la gravité pour aider le prolapsus à s'atténuer. Aussi, n'hésitez pas à vous installer confortablement et à utiliser des coussins pour soulever votre bassin. Tant que vous n'avez pas mal, serrez doucement votre plancher-pelvien pendant le rapport sexuel pour augmenter le plaisir à deux", détaille Véronique Abeels. Les positions où vous êtes couchée, avec le bassin légèrement surélevé sont à privilégier : le missionnaire, la cuillère, l'arc de triomphe, le coquillage, le point de bascule...

Merci à Véronique Abeels, sexologue et kinésithérapeute spécialisée notamment dans la rééducation Pelvi-Périnéale.


Journaliste Anaïs Thiébaux Mis à jour le 13/09/22

100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout