November 12, 2019

Please reload

Posts Récents

Les traumatismes pelviens

November 12, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Diaphragme, mon ami

Le Diaphragme est un incroyable muscle, puissant et aux multiples actions vu sa position centrale dans notre corps! Notre ami si on l'utilise correctement !

 

 

 

 

A la fin de mes études de Spécialisation en Rééducation Pelvi-Périnéale, pour l’obtention de mon diplôme, j’ai présenté un mémoire sur ce sujet intitulé « Diaphragme, mon ami ».

J’ai en effet ouvert les yeux sur ce muscle vital qu’est le diaphragme !

Je voudrais donc vous expliquer l’importance de ce muscle : le DIAPHRAGME THORACIQUE.

 

C’est quoi le Diaphragme ?

 

Vu sa position centrale dans le corps, il a des rapports multiples, principalement avec la région pelvienne, mais aussi avec tout son environnement Thoraco- Abdomino- Pelvi- Périnéal.

 

Le diaphragme est un grand muscle strié, impair et asymétrique séparant le thorax de l’abdomen.

Il est plat et rayonné, tel un dôme ou une voûte, à concavité inférieure.

 

Le muscle diaphragmatique est tel une « toile de parachute » ; il se « rétrécit » et est concentrique à l’inspiration (parachute ascentionnel) et excentrique à l’expiration (parachute en chute).

 C’est un muscle inspirateur par excellence !

Il constitue une cloison musculo-tendineuse qui comprend 2 parties :

·         L’une musculaire et périphérique.

·         L’autre tendineuse et centrale appelée centre phrénique, lame nacrée sur laquelle repose le cœur. C’est une plaque aponévrotique qui a un peu la forme de trèfle.

 

Comment fonctionne ce fameux muscle puissant?

 

Le diaphragme a de nombreux rapports avec les viscères dont il est proche : le cœur, les poumons, l’œsophage, l’estomac, le foie, la rate, le pancréas, les reins, le colon.

Du fait de cette relation directe avec les viscères, ce muscle diaphragmatique a une immense capacité fonctionnelle pour régler ces organes.

S’il ne fonctionne pas correctement, s’il ne se mobilise pas bien, s’il est bloqué ou ankylosé, les viscères ne fonctionneront pas bien également !

Normalement, le diaphragme, tout comme le cœur, doit se contracter de façon rythmique et répétée tout au long de notre vie, et le système musculaire respiratoire est donc qualifié de «pompe vitale».

Dans un corps sain, ce muscle fait 18 excursions par minute, donc 1000 x par heure et 24 000 par jour!

 

 

 

 

 

Le diaphragme est donc un bon et brave moulin pour la nutrition de l’organisme et il fournit le travail le plus puissant de notre corps !!

Le mouvement du diaphragme évoque le piston d’une seringue : l’aiguille (orifice d’entrée et de sortie) étant orientée vers le haut. Lorsque le piston descend, la seringue se remplit ; lorsque le piston remonte, elle se vide. Mais les poumons ne sont jamais totalement vides !

 

La commande du muscle diaphragmatique est double, à la fois automatique et volontaire. Par sa contraction à la naissance, il marque, à lui seul, le passage de la vie fœtale à la vie extra-utérine.

·         Les mouvements automatiques  respiratoires du diaphragme assurent une action de brassage et de pompage et participent aux fonctions circulatoires et digestives.

·         La commande volontaire elle, assure des fonctions moins indispensables à la vie comme la phonation ou la statique (lever une charge). Sous le contrôle de la volonté, on peut chanter, jouer un instrument de musique, modifier un état de conscience, calmer une douleur, se relaxer, …

 

Quels sont les rôles incroyables du Diaphragme ?

 

·         D’améliorer la phonation : Le diaphragme thoracique se meut, combiné avec les muscles abdominaux, pour participer à la voix. L’appareil phonatoire de l’homme se présente comme un ensemble instrumental composé par le diaphragme (soufflerie), le larynx (l’anche), l’ensemble buccal (les clés). Le « troisième diaphragme » lui, est la partie supérieure de la cavité thoracique et qui permet la phonation, la toux et la déglutition.  Il comporte les cordes vocales et la glotte, véritables sphincters pour la cavité thoracique.

·         De produire le cri, le bâillement.  

·         D’agir sur le hoquet, les rires, les sanglots (par des spasmes).  Quand l’estomac est en plein activité et s’agite un peu fort, le diaphragme reçoit des «coups », et se met à se contracter ou à se relâcher de manière incontrôlée. C’est le hoquet (6 à 60 par minute !!).

·         D’agir sur l’orifice oesophagien en s’opposant au reflux gastrique : par le brassage sur les viscères abdominaux, le diaphragme a une action évidente sur la digestion. Lors de contractions violentes (toux, éternuements),  les fibres du diaphragme ferment l’œsophage et évitent la remontée du bol alimentaire! Remarquons que lors du vomissement, il y a relaxation oesophagienne,  libération des voies aéro-buccales et relaxation du diaphragme. C’est un bel exemple de synchronisation thoraco-abdomino-pelvien !

 

En Kinésithérapie, et dans le quotidien du patient, l’apprentissage de la bonne respiration diaphragmatique permettra:

 

·         De calmer une douleur, détendre un muscle : respirer et pousser la respiration vers la zone douloureuse et vers le muscle à étirer  (Méthode des Chaînes musculaires)

·         De favoriser la relaxation (Méthodes issues du Yoga, Qi Gong ou Sophrologie par ex.): Lorsque j’expire, je me détends…On travaille la respiration complète, énergétique, qui permet une ouverture globale et une détente du patient.

Ce qui peut permettre aussi de  modifier un Etat de conscience, de Lâcher-pise,  pour faciliter la Méditation.

·         De masser les viscères abdominaux : le jeu diaphragmatique les comprime, masse, stimule lors de sa course respiratoire. Le foie et l’estomac sont les plus directement concernés. Le côlon subit un allongement à l’inspiration et un relâchement à l’expiration ce qui facilite le transit intestinal et donc la digestion ! Le rein subit aussi le mouvement diaphragmatique et ses bienfaits.

·         De suspendre les viscères sus- mésocoliques et lombaires : le diaphragme aspiré vers le haut attire à lui ses organes qui lui sont suspendus. On parle d’ «Aimantation diaphragmatique ».

·         D’améliorer la circulation sanguine et lymphatique par son action de « pompage » : le diaphragme appelé le «deuxième cœur» en Inde,  joue un rôle de pompe essentiel vis-à-vis de la circulation retour par l’action de pression-dépression qu’il exerce vis à vis des niveaux thoracique et abdominal. C’est un peu comme les cafetières de type « Mélior » où un piston-filtre s’abaisse sur l’eau chaude et le café. Au fur et à mesure que le piston descend, l’eau passe au travers du filtre et le café se trouve prêt au-dessus.

·         D’améliorer les manœuvres défécatoires en apprenant à immobiliser et bloquer le diaphragme au cours des efforts de poussée défécatoire, ce qui augmente la pression en direction du diaphragme pelvien. Une première hyper pression provient du diaphragme, lors d’une inspiration de grande amplitude avec blocage en apnée. Elle est acceptable car non violente et modérée, et donc pas dangereuse pour la musculature périnéale. Elle constitue une «pression starter» de la défécation !

·         De réaliser une miction «forcée» : la poussée abdomino- diaphragmatique entraîne une relaxation périnéale (urétrale).

·         D’interagir sur les autres diaphragmes dont le diaphragme pelvien qui se mobilise en parallèle avec le diaphragme thoracique, ainsi que de rétablir une bonne continence !

·         De participer à la poussée expulsive « forcée» lors de l’accouchement : il y a co-contraction de la sangle abdominale et des 2 diaphragmes (Thoracique et Pelvien). Le diaphragme est le moteur de l’expulsion ! Lors de la dernière phase de l’accouchement il y a différentes forces possibles pour contribuer à expulser le fœtus : Le Diaphragme, les Abdominaux, l’Utérus, le Plancher musculaire Pelvien, la pesanteur.

·         De s’immobiliser à l’effort (Fonction statique) : Lors d’un effort (portage par ex), on apprend à bloquer simultanément le diaphragme et les abdominaux pour créer une hyper pression abdominale et thoracique. Aussi on associe le verrouillage des muscles du périnée.

·         De détendre le dos par le biais de l’insertion du diaphragme sur la colonne vertébrale dorsale. Aussi le diaphragme à l’expiration délordose un peu la colonne vertébrale vers un étirement.

 

Comment faire un examen Clinique du Diaphragme ?

 

Je tente de reconnaître chez le patient une fatigue du diaphragme d’un diaphragme plat :

 

Dans le premier cas, j’observe un balancement thoraco-abdominal avec mise en jeu des muscles respiratoires accessoires. Il est en dyspnée et le pouls respiratoire s’accélère. C’est une respiration qui peut s’améliorer par une rééducation correcte du diaphragme :-) 

Dans le deuxième cas, le patient a inversé sa physiologie et utilise exclusivement ses muscles accessoires lors de sa respiration ; le diaphragme est bloqué! :-(

 

Comment rééduquer le diaphragme ?

 

C’est une partie de mon travail que j’adore exercer car le Diaphragme me passionne vraiment !

Voici quelques méthodes, issues de mes différentes formations, que j’utilise fréquemment afin de libérer le diaphragme thoracique:

 

1.     Massage de Détente des piliers du diaphragme par le kiné.

2.     Massage de Détente des fibres antérieures du diaphragme par le kiné.

3.     Tapotements du grill Costal.

4.     Prise de conscience de la mobilité diaphragmatique. (Schémas et Métaphores utilisé++)

5.     Mobilisation spiroïde du diaphragme par le patient.

6.     Relance de la rythmicité diaphragmatique dans le corps tout entier.

7.     Rééducation par l’Expiration profonde.

8.     Rééducation par le travail paradoxal du diaphragme.

9.     Exercices de synchronisme Muscle Diaphragme/Muscles Transverses abdominaux.

10.   Rééducation du ballonnet sous-ombilical.

11.   Correction des muscles inspirateurs accessoires bloqués en Inspiration.

12.   Exercices pour réveiller la zone de respiration sternale à l’aide de poids léger.

13.   Exercices d’ouvertures du Grill Costal avec élévation d’un bras du patient.

14.   Apprentissage du massage du muscle diaphragmatique par le patient.

15.   Apprentissage du «Modelage thoracique» par le patient.

16.   Apprentissage du «Diaphragme lift».

17.   Techniques diaphragmatiques de désengorgement sanguin viscéral en couché dorsal.

18.   Technique de régulation de la circulation lymphatique en couché latéral.

19.   Exercices à l’aide d’accessoires (coussins, petites balles en mousse, ballons de baudruche,

        exsufflateurs, ..)

20.   Exercices de gymnastique sur le gros ballon et prise de conscience des différents diaphragmes.

21.   Chaînes Musculaires GDS.

22.   Méthode de Réharmonisation Abdo-Uro MG de Luc Guillarme.

23.   Apprentissage de l’Aspiration Diaphragmatique de Marcel Caufriez.

24.   Gymnastique Hypopressive de Dr De Gasquet.

25.   Certains exercices de Pilates.

26.   Rééducation Périnéale et Biofeedback musculaire.

27.   Rééducation autour de la grossesse.

 

N'hésitez pas à me contacter pour tout renseignement ou prise de rendez-vous:

0495 510695 ou veronique@kineabeels.be

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous