• Véronique Vandebroeck-Abeels

Tai Chi, Qi gong et Pelvi- Périnéologie


J’ai rédigé cet article … en mémoire à ma maman qui a découvert le Tai Chi grâce à son amie Cécile et qui a pratiqué cet art à LLN pendant de nombreuses années. Elle m’en parlait toujours avec enthousiasme et m’a donné envie de découvrir une de ses passions… Après de gros soucis de santé suite à une invalidante Septicémie, je me suis trouvée à un moment de ma vie ou un temps de repos, de recherche de Bien-être et d'Energie bienfaisante s'imposait à moi... Je me suis donc mise à cet art martial cette année dans ma commune grâce à Luc Gerard, un chouette prof et dans une ambiance conviviale et bienfaisante :-)

Je vais vous partager un peu de l’art du Tai Chi et son application en Pelvi- Périnéologie…

Monique Abeels Ostéo DO

L’art du Tai Chi

Le Tai Chi Chuan se présente comme un ensemble de mouvements lents, ronds et souples dans lesquels interviennent l'Attention, la Respiration et le Geste juste.

Cet enchainement de mouvements, pratiqué quotidiennement, renforce en douceur: la Souplesse, l’Equilibre, la Coordination, la Volonté, la Force, la Sérénité, l’Energie, la détente et le Bien-Etre

L’ensemble de mouvements lents est nommé « la Forme» et peut paraître comme une danse lente mais c’est un art martial dit «interne».

La «Forme» s'apparente à un combat fictif d'une très grande précision. Au travers des gestes qu'il effectue, chacun prend conscience des attitudes incorrectes et des tensions musculaires inutiles.

Au cours de l'apprentissage les sensations s'affinent, les blocages se dissolvent, les articulations se relâchent, les énergies (ou souffles) entrent en mouvement et l'esprit se calme.

Développer la conscience corporelle du bassin et du périnée

Par le biais des mouvements du Tai Chi Chuan, on peut développer la conscience corporelle du périnée et retrouver équilibre, verticalité et ancrage associés.

Le bassin est un carrefour entre les influences montantes des membres inférieurs et la colonne vertébrale, entre le 1 et le 2, entre les appuis au sol et le haut du corps.

Dans le Tai Chi, le bassin est aussi un lieu de centrage et de rassemblement, en particulier par de grands muscles qui le relient avec les régions sus et sous-jacentes.

Le Tai Chi permet d’explorer le bassin statique et dynamique dans le contexte des mouvements et de la Forme. Il pose également le bassin comme centre du corps dans une perspective fonctionnelle de mouvement de tout le corps entier.

Le bassin se meut depuis le Tronc ou depuis les membres inférieurs.

La musculature du Tronc s’attachant sur le bassin joue un rôle dans la motricité du bassin ainsi qu’un rôle de frein dans certains mouvements.

La musculature, les ligaments et les articulations des Sacro-Lombaires, des Hanches, des Genoux, des Jambes et des Pieds permettent une statique et une dynamique du Bassin.

Les mouvements du bassin évoquent aussi les muscles du Périnée masculin et féminin.

Tai Chi, Qi gong ou Yoga : comment choisir?

Le yoga apporte beaucoup de souplesse et de la musculation des bras et du haut du corps. Comme dans le Tai Chi, le yoga apprend à utiliser le moins de force possible, à réaliser des mouvements en conscience et avec la respiration. Son avantage par rapport aux arts martiaux internes est de porter les mouvements articulaires à leur amplitude maximum.

Cependant, il n’apporte pas une unité du corps, car le mouvement ne part pas du centre.

Les effets bénéfiques du Tai Chi et du Qi gong reposent eux sur l'intégration des principes fondamentaux (être centré, trouver sa verticalité, se mouvoir à partir du centre, ne pas utiliser la force, etc.).

Ces principes sont les mêmes dans ces deux arts internes chinois, et il faut donc faire le même travail, pour obtenir le même résultat, dans une discipline comme dans l'autre.

On renforce les jambes, les muscles profonds du tronc, et on améliore l’équilibre.

Les gestes deviennent plus déliés et plus unifiés.

Les études médicales montrent un effet similaire sur la santé pour le Taichi et le Qi gong.

Comment prendre conscience des 3 couches du plancher pelvien au Tai Chi?

1- Couche superficielle, le périnée : Asseyez-vous sur une serviette enroulée posée sur une chaise. Essayez d'attraper la serviette, ou de l'aspirer avec les lèvres de la vulve ou les portions externes du scrotum. Il y a alors une très légère contraction de tous les sphincters.

!! On n'utilise pas cette couche superficielle pour stabiliser le centre. C'est là une erreur courante, qui peut perturber le fonctionnement normal des sphincters, tout en étant en plus sans efficacité pour stabiliser le tronc.

2- Couche moyenne : En bougeant doucement le bassin d'avant en arrière, prenez conscience des os sur lesquels vous vous asseyez, ce sont les tubérosités des ischions. Pour activer la couche moyenne, il faut rapprocher et éloigner les ischions à l'aide du plancher pelvien, sans participation des abdominaux ni des fesses! Pour cela, on profite du fait qu'il existe une connexion entre les pieds et les ischions. Vos pieds sont bien à plat au sol et ne bougeront pas. Imaginez que vous rapprochez puis éloignez les talons, en un micro- mouvement, et sentez ce qui se passe pour les ischions. Pour les femmes qui ont eu des enfants, il sera peut-être plus facile d'imaginer que vous rapprochez ou écartez l'avant du pied. Réduisez de plus en plus le "mouvement" des pieds. Progressivement, bougez directement les ischions sans l'aide des pieds... et notez que cela modifie les appuis. C'est dans ce sens que l'on utilisera la connexion Plancher pelvien-pieds, par la suite car "tout mouvement part du centre". Le mouvement est infime, c'est très subtil, vous verrez mieux l'effet de cette activation, quand on active aussi le plan profond.

3- Activation de la couche profonde dite "releveur de l'anus" Il est impossible l'activer directement, mais cela se produit quand nous allongeons le dos, et en particulier quand nous relâchons le bas du dos, mais sans faire de mouvement de rétroversion, car cette bascule du bassin bloque l'activation du plancher profond! Adoptez une posture bien droite et étirée : Plantez les pieds dans le sol et les ischions dans la serviette. Grandissez-vous au maximum sans créer de tension, dans les deux sens : sous la taille, le corps s'étend vers le sol (mais sans se tasser!); et au-dessus il s'étend vers le ciel, avec légèreté. étirez très légèrement la nuque en regardant devant vous. Relâchez le bassin (ce qui est souvent qualifié abusivement dans le tai chi de "rétroversion"). S’il y a un mouvement, il est infime et involontaire, car Vous ne devez contracter aucun muscle pour bouger le bassin. Imaginez plutôt que le sacrum et le coccyx "fondent" vers le bas. Rapprochez les tubérosités des ischions. Si la couche profonde s'active, vous devriez sentir une force dans le dos, un redressement de tout le corps jusqu'à la tête, et une meilleure relation au sol. Vous pourrez peut-être vous sentir allégé(e), avec un soulèvement du bassin par rapport aux têtes de fémur. Trouvez ensuite le rapprochement minimal pour activer le plancher pelvien, afin de ne pas créer de tensions inutiles.

Dois-je faire ça toute la journée?

Il va falloir automatiser cette activation du plancher pelvien pour ne plus avoir à y penser. Au début, il faudra faire toute la séquence décrite ici dans le point 3, mais par la suite il suffira de penser à s'étirer dans les 2 directions. Le plan profond, qui désormais sera dans votre schéma moteur, s'activera automatiquement, ainsi que la portion basse des abdominaux transverses et des muscles intervertébraux. Le programme idéal serait d'abord de vous entraîner à activer le plancher pelvien en position assise en se concentrant. Quand ce sera facile, faites-le quand vous êtes assis(e) au bureau, dans la voiture, etc. Cela vous amènera à ne plus jamais utiliser de dossier, sans pour autant créer de tension, car le tronc se tiendra. Ensuite, entraînez-vous à activer le plancher pelvien pour stabiliser le tronc lors de mouvement. Faites des exercices spécifiques. Ensuite, cela se généralisera à tous vos mouvements.

Pourquoi se donner tant de peine?

1) Pour avoir la patate! Et oui, se tenir étiré, avec un minimum d'effort musculaire économise beaucoup d'énergie. 2) Pour supprimer des compensations posturales qui peuvent créer des douleurs ou des lésions. 3) Pour libérer le bassin, qui gagnera de la mobilité, tout en décomprimant l'articulation des hanches. Cela peut être précieux pour prévenir des problèmes articulaires si fréquents. 4) Les vertèbres aussi seront moins comprimées car soutenues par les muscles.

Cela peut prévenir des problèmes de dos. 5) Pour trouver de la force dans le dos, avec un minimum d'effort.

Bref, pour commencer à construire une structure interne tonique, dynamique et souple.

#TaiChi #Périnée