• Véronique Vandebroeck-Abeels

« Help, j’ai mal... » : La douleur pelvi-périnéale


Très fréquente, la douleur pelvi périnéale, quelque soit ses origines, peut être un réel

« handicap » dans la vie quotidienne du patient !

Lorsque le/la patient(e) me consulte pour la première fois, sa plainte algique mérite d’être entendue, observée et reconnue. Je pèse mes mots pour motiver et encourager le patient par rapport à sa souffrance vécue trop souvent comme une détresse.

Malheureusement, trop de patients n'osent pas en parler ou souffrent de trop de pudeur ou ont eu une éducation trop rigide. Certains plaignants ne sont pas suffisamment écoutés et se disent " c'est normal ", " il faut attendre " alors que la douleur est là et existe bien réellement !


Les causes de la douleur pelvi périnéale sont souvent multiples.

L’origine peut être :

  • ORGANIQUE = VISCERALE

  • SOMATIQUE = MUSCLES SQUELETTIQUES.

La voie vasculonerveuse est souvent le transmetteur de la souffrance.


L’origine des douleurs périnéales est RAREMENT ISOLEE :

  • Soit la lésion est primaire et entraîne des « douleurs de voisinage » sur d’autres tissus,

  • Soit des tissus d’origine diverses décompensent à bas bruit pour déclencher des douleurs chroniques.


La zone génitale est la zone qui a le plus de mémoire corporelle ou sensitive, il est donc important d'agir avant que cette douleur ne reste « ancrée » et que le problème douloureux ne s'aggrave davantage.

Des douleurs au niveau du bassin et du périnée peuvent apparaître brutalement ou s'installer progressivement à différents moments : pendant les rapports sexuels, pendant la miction ou la défécation, ou spontanément dans certaines positions ou mouvements (position assise, après une longue marche...) et elles peuvent être de différents types : gêne, étirement, cisaillement, lancement, pincement, piqûre, brûlures, pesanteur...Les algies peuvent apparaître suite à un accouchement, à une cicatrice d’épisiotomie, à une chirurgie du petit bassin, etc.

Il ne faut pas banaliser une douleur car une douleur n'est pas « normale » et doit être traitée!


La rééducation pelvi périnéale est au carrefour d’innombrables approches thérapeutiques des patients douloureux. Tenter de retrouver la « fonction périnéale », passe par le vécu global du patient, sa biomécanique, son système émotionnel, son psychisme, son psychosomatique, psychosensoriel, culturel, etc.


L’abord du DIAGNOSTIC et du traitement doit être inter disciplinaire afin de réduire le risque d’échec trop insupportable.


« Dans sa forme pathologique, la douleur n’a plus du tout de fonction biologique, elle est au contraire une force maléfique qui impose au malade, à sa famille et à la société de graves stress émotionnels, physiques, économiques et sociologiques » J-J. Bonica.


Les kinés spécialisés en rééducation pelvi-périnéale tentent toujours d’être plus que juste des « mécaniciens »

Il faut cerner le patient douloureux par une bonne anamnèse, des observations précises, des tests corporels musculaires, testings articulaires, examens dynamiques, etc

Souvent, on découvrira que la douleur a une fonction d’alarme et de protection !

En tant que kiné , on essaie d’employer les 2 plus beaux outils qui nous sont donnés : le raisonnement & la main 😉


Si vous avez des questions ou si vous souhaitez me consulter:

Véronique ABEELS, Kinésithérapeute spécialisée en Pelvi - Périnéologie et Sexologie:

veronique@kineabeels.be ou 0495 510695