• Véronique Vandebroeck-Abeels

"Questions sexo " après une prostatectomie


C’est quoi la prostatectomie radicale totale (PRT) ?

La prostatectomie totale, dite aussi prostatectomie radicale vise à retirer toute la prostate ainsi que les vésicules séminales. Dans certains cas, les ganglions lymphatiques voisins sont également enlevés; on parle alors de curage ganglionnaire.


Cette opération est indiquée dans le traitement du cancer de la prostate et est pratiquée par un urologue.


Quels sont les effets indésirables d’une telle chirurgie ?

Les effets indésirables spécifiques à la prostatectomie les plus fréquents sont des difficultés d’ordre physique, tels que l’incontinence urinaire & les troubles de l’érection. Ils sont variables et dépendent des problèmes érectiles et urinaires que le patient rencontrait avant les traitements, ainsi que des traitements reçus.

* Une incontinence urinaire à l’effort, souvent temporaire, peut survenir dans les semaines qui suivent l’intervention. Elle est liée à une altération momentanée du fonctionnement normal du muscle de la vessie et du sphincter. Pour limiter l’incontinence, une rééducation urinaire sphinctérienne effectuée juste avant et/ou après l’intervention est utile. Cette incontinence peut être un frein à la confiance en soi, à la qualité de l’intimité et aux relations sexuelles.

* Des troubles de l’érection sont fréquents après l’intervention. Ils dépendent de la qualité des érections que le patient avait avant la chirurgie et de l’éventuelle non-conservation ou lésion des bandelettes neurovasculaires au cours de l’intervention. Pour autant, la conservation des bandelettes ne permet pas de garantir la reprise des érections, qui dépend également d’autres facteurs.


C’est quoi la dysfonction érectile ?


Il s'agit de l'incapacité à obtenir ou à maintenir une érection suffisante pour avoir un rapport sexuel satisfaisant.

C’est pourtant une conséquence qui n’est pas rare suite à la Prostatectomie ☹

Malheureusement ce sujet est trop souvent tabou et n’osent pas en parler au sein de leur couple ou avec leur entourage proche.



Quel est le risque de présenter une dysfonction érectile ?

Cela dépend de l'opération et de ce qui a dû être retiré lors de la chirurgie :

· Si le chirurgien urologue enlève 1 bandelette neuro vasculaire, le patient récupère sa fonction érectile (totalement ou partiellement) dans 40 à 70 % des cas.

· Si le chirurgien préserve les 2 bandelettes neuro-vasculaires, le patient récupérera sa fonction érectile (totalement ou partiellement) dans 75 à 85 % des cas.


Quelle sera l’évolution ?

Les troubles de l’érection peuvent se manifester immédiatement après les traitements ou plus progressivement, dans les mois voire les années qui suivent. Même si la préservation des bandelettes neuro vasculaires a été possible, un délai de plusieurs mois peut être nécessaire avant le retour à la fonction sexuelle d’avant l’opération. Une amélioration survient souvent au cours des 2 ans postop.

Différents traitements pourront être proposés ; ils sont généralement utilisés assez tôt après l’intervention afin de faciliter le retour des érections spontanées.

Des séances de kiné de type sexologique ou des consultations de sexothérapie individuelle et/ou de couple devront être mise en place, en fonction du souhait du patient et de son partenaire.

Quel est le taux de PSA après une prostatectomie ?

Après une prostatectomie totale et en l'absence de cancer résiduel, le PSA est indétectable à partir du premier mois. La valeur obtenue est inférieure à 0,1 ng/ml. Deux dosages successifs de PSA supérieur à 0,2 ng/ml doivent malheureusement faire suspecter un échec thérapeutique ☹


Est-ce que l’éjaculation est supprimée et pourquoi ?

L'éjaculation est supprimée MAIS les orgasmes sont variables et possibles :

La prostatectomie totale entraîne une impossibilité définitive d’éjaculer. La prostate et les vésicules séminales sont en effet enlevées. Or, ce sont elles qui produisent les sécrétions qui, avec les spermatozoïdes, constituent le sperme. De plus, les canaux déférents qui amènent les spermatozoïdes depuis les testicules jusqu’à l’urètre sont sectionnés et ligaturés.

Cependant, l’éjaculation n’est pas liée à la sensation de plaisir qui, elle, en revanche, reste préservée et intacte 😉


Y a-t-il une baisse de désir ???

* Après le diagnostic d’un cancer de la prostate :

La fatigue, le stress et l’inquiétude entraînent souvent une baisse de désir. Mais, la sexualité ne se limite pas aux rapports sexuels, elle englobe l’affection, la tendresse, les câlins, le toucher, la communication, la parole juste… et avec le temps, la libido revient petit à petit. Ce qu’on appelle la « sexualité tendre », et pas la sexualité avec l’idée de performance ou, encore le diktat de la pénétration !!! C’est question parfois de timing… Le cancer de la prostate n’est vraiment pas une fatalité pour la libido !


* Après la chirurgie d’un cancer de la prostate :

De nombreuses questions peuvent se poser avant, pendant et après les traitements car l’image du corps est modifiée. Des difficultés peuvent surgir, comme la peur d’être dévalorisé aux yeux de l’autre, un sentiment d’atteinte de sa virilité, une perte d’estime de soi et des doutes sur ses capacités de séduction. Ces difficultés peuvent avoir des conséquences relationnelles et sexuelles. Aborder le sujet au sein du couple peut contribuer à une meilleure communication et à la reprise d’une vie affective et sexuelle épanouie après la maladie.


Témoignage de Paul : "J'ai été opéré d'un cancer malin de la prostate et depuis, je n'arrive plus à avoir une érection normale. Le désir est là, mais les pannes sont systématiques…Je suis très inquiet et je me demande si tout rentrera un jour dans l'ordre et quand je serai enfin rassuré."

Qu’est-ce qui pourra aider à retrouver des rapports sexuels ?

Voici quelques conseils judicieux 😊 Il faudra :

* adapter son mode de vie.

* Supprimer/réduire facteurs de risque si possible : tabac, alcool, obésité, sédentarité,

drogues, certains médicaments…

* ! Bouger et faire du sport (=travail cardio - vasculaire régulier) !

Quelles thérapies vont aider le patient ?


S’il est difficile d’obtenir une érection suffisante pour avoir des rapports sexuels, différents traitements peuvent être proposés :


* Conseils et exercices en kiné sexologique et sexothérapie 😊

* Accompagnement psychologique.

* Approche conjugale pour que le partenaire puisse être associé et faire partie du

processus.

* Explication claire concernant la prise orale des différents types de facilitateurs de l’érection:

IPDE5 (=inhibiteurs de la 5-phosphodiestérase) (ex : Cialis, Viagra).

* Injections intra-caverneuses (à la base du pénis).

* Instillations intra-urétrales.

* Pompe à vide (vacuum) : technique mécanique qui permettent une érection, mais, limitée

dans le temps.

* En dernier recours, la mise en place d’une prothèse pénienne peut être proposée.


Un peu de temps pourra être nécessaire pour intégrer les conséquences physiques et psychologiques de la maladie et de ses traitements, et pour s’y adapter. La confiance et la communication avec son partenaire faciliteront le réapprentissage de l’intimité et de la sexualité harmonieuse.

N’hésitez pas à en parler à m’en parler ainsi qu’à toute l’ équipe médicale et à poser toutes vos questions.


Véronique ABEELS, Kiné spécialisée en Périnéologie et Sexologie :

veronique@kineabeels.be ou 0495 510695