• Véronique Vandebroeck-Abeels

Petit dictionnaire de Périnéologie, Périnatalogie et Sexologie


ABDOMEN : Région inférieure du tronc, entre le bassin et le thorax, comprenant les appareils digestifs et urinaires. L'abdomen est la région du corps située entre le bord inférieur des côtes et le bord supérieur des cuisses. Le contenu de la cavité abdominale comprend les organes des appareils digestif et uro-génital. La paroi abdominale est constituée de muscles et de couches successives de peau, de tissu conjonctif et de graisse, d'épaisseurs variées

ACCOUCHEMENT NATUREL : ou accouchement physiologique désigne le fait de donner naissance de façon aussi saine et aisée que possible, grâce aux facteurs qui favorisent le processus naturel et en éliminant les facteurs qui le contrarient. Au cœur du processus se trouve la nécessité d'une intimité et d'une confiance qui permettent une activité spontanée de la mère et la diffusion d'ocytocine nécessaire à l'enfantement ; tandis que la peur, le stress, la rationalité, les protocoles bloquent le processus et diffusent l'adrénaline, antagoniste de l'ocytocine.

ACCOUCHEMENT SANS DOULEUR (ASD) : méthode Lamaze, est un ensemble de techniques visant à supprimer l’angoisse et les douleurs de l’accouchement par une préparation durant la grossesse et l’utilisation de techniques complémentaires pendant l’accouchement, et par la création d’un rapport de confiance et de collaboration entre l’équipe médicale et la mère.

ADENOME DE LA PROSTATE ou HYPERTROPHIE BENIGNE de la PROSTATE (HPB) : Tumeur bénigne de la partie centrale de la glande prostatique.

ADENOMECTOMIE (de la prostate) : ablation de l’adénome prostatique pour libérer le passage des urines dans le canal urinaire (urètre) (un adénome n’est pas forcément prostatique)

ALGIE : Douleur perçue par le patient correspondant à un organe ou une zone, sans lésion évidente.

ANISME : difficulté d’aller à la selle par hypertonie du Sphincter externe de l’anus, ou contraction paradoxale de ce muscle (le muscle se contracte, ferme le canal anal empêchant ainsi l’évacuation de la selle).

ASSYNCHRONISME ABDOMINO/PERINEAL ou ASSYNCHRONISME ANO-RECTAL : Difficulté à synchroniser l’augmentation de pression rectale et une relaxation du sphincter anal. Synonyme : Dyssynergie vésico-sphinctérienne qui concerne la difficulté d’uriner.

AVC : Perte soudaine de la fonction cérébrale provoquée par un arrêt de la circulation sanguine dans le cerveau.

BIOFEEDBACK : Technique de rééducation utilisant une sonde endocavitaire, ou des électrodes cutanées de surface pour enregistrer la contraction ou la relaxation musculaire. Le patient peut alors voir sous forme de tracé ou entendre sous forme de bip sonore sa réponse à un exercice demandé. On parle de rétro-information, l’information en temps réel permet une autocorrection immédiate en vue d’atteindre l’objectif demandé.

BOULES DE GEISHA : sphères d'un diamètre de 2 à 3,5 cm, introduites dans le vagin dans un but de rééducation et d’augmentation de plaisir sexuel. La femme, pour empêcher la boule de tomber, contracte légèrement ses muscles périnéaux.

CALENDRIER MICTIONNEL ou DES SELLES : le patient relève lui-même les dates, heures, volumes des mictions ou des selles et note les évènements indésirables comme les fuites éventuelles.

COLON : Le côlon est le segment du gros intestin situé entre le cæcum (qui est appelé aussi l’appendice, son inflammation étant l’appendicite) et le rectum ou ampoule rectale. Il se dispose en cadre dans la cavité abdominale. Chez l'humain, il mesure environ 1,5 m de long pour 4 cm de diamètre.

CONES VAGINAUX : dispositifs coniques dont l'utilisation est proche des sphères vaginales. Introduits dans le vagin, ils provoquent une contraction réflexe des muscles du plancher pelvien afin d'êtres retenus. Ils sont souvent associés avec des techniques de biofeedback.

CANAL ANAL : conduit allant du rectum à la peau, en traversant le plancher pelvien. Entouré des sphincters interne et externe, il mesure de 2 à 5 cm.

CANCER DE LA PROSTATE : le deuxième en fréquence des cancers chez l’homme. Le diagnostic est posé par le médecin après un toucher rectal, un bilan sanguin à la recherche d’une augmentation du taux de PSA, et une échographie.

CLITORIS : organe du sexe féminin. Sa partie visible se situe au sommet des petites lèvres, où il forme une proéminence de 7 à 10 millimètres de diamètre. Il se prolonge en profondeur par deux racines de dix centimètres qui entourent le vagin et l’urètre féminin, qui se rejoignent ainsi pour former la partie visible. Cet organe joue un rôle important dans l’excitation sexuelle et le comportement de reproduction, participant en particulier au désir sexuel et à l'orgasme.

COMPLIANCE : Rapport volume/pression (concerne l’adaptabilité des réservoirs vésicaux et rectaux).

CONSTIPATION ou DYSCHESIE : Elle désigne une difficulté d’aller aisément aux toilettes. Les selles peu fréquentes (moins de trois par semaine) et/ou dures. On parle de constipation chronique à partir de six mois. C’est la constipation terminale (appelée aussi distale) qui relève de la rééducation ano-rectale. La constipation de transit, plus haut située dans l’intestin, est traitée médicalement.

CONTINENCE ANALE : capacité de différer le moment d’aller à la selle dans un endroit adéquat.

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE : L’intervention qui vous est proposée est destinée à traiter votre prolapsus génital par voie vaginale (ou voie naturelle).

CYSTECTOMIE : Ablation chirurgicale de la vessie.

CYSTOCELE ; prolapsus de la vessie (descente d’organe) qui fait issue, plus ou moins importante dans le vagin.

DECHIRURES PERINEALES : Lésions lors de l’accouchement qui provoquent une rupture du périnée. Bien réparées, elles sont souvent asymptomatiques. Cependant elles font parties des facteurs de risques pour l’apparition de troubles de la continence urinaire ou anale, des troubles de la sensibilité voir des douleurs ou algies périnéales du post-partum.

DEFECATION : évacuation ou exonération des selles.

DIAPHRAGME THORACIQUE : cloison musculo-aponévrotique faite de muscles squelettiques entourant un centre tendineux unique, qui sépare la cavité thoracique de la cavité abdominale (ou cavité abdominopelvienne).

DYSCHESIE : difficulté d’exonération sans précision des causes.

DYSPAREUNIE (dys- : difficulté -pareunie : accouplement) : ou algopareunie (algo- : douleur) est une douleur chronique de nature et d'intensité variables ressentie chez la femme ou l'homme lors des rapports sexuels.

DYSURIE : difficulté à vider la vessie lors d’une miction volontaire (faiblesse du jet, miction par poussées), sans précision des causes.

ELECTROMYOGRAMME (EMG) : Acte médical de détection de l’activité électrique du muscle à analyser. Se pratique à l’aide d’une aiguille implantée dans le site à examiner

ELECTROTHERAPIE : L’électrothérapie est une des méthodes de rééducation. C’est un acte qui consiste à renforcer la tension musculaire ou à diminuer les contractions anarchiques selon le type de courant administré. Elle fait partie intégrante de la rééducation périnéale à l’appui d’autres techniques comme le biofeedback, la rééducation manuelle contre résistance et la prise en charge comportementale. Rarement employée seule. Elle est appliquée soit par des sondes intra-cavitaire soit par des électrodes posées sur la peau.

ELEVATEUR DE L’ANUS : Ensemble de muscles du plancher pelvien, il soutient les organes pelviens, Il participe à la continence urinaire et anale et à la vidange vésicale et rectale.

ELYTROCELES : saillie d’un segment du côlon grêle dans le vagin. Peut contenir des anses grêles (entérocèles) ou du sigmoïde (sigmoïdocèle). C’est une hernie du cul de sac de douglas.

ENCOPRESIE : forme d'incontinence fécale. Elle peut être présente chez un enfant de plus de quatre ans ou chez l'adulte. La manifestation principale est la perte involontaire de matière fécale. Les causes et origines peuvent être physiologiques ou psychologiques.

ENURESIE NOCTURNE : affection caractérisée par la survenue pendant le sommeil de mictions involontaires et inconscientes chez l'enfant de plus de cinq ans ou l'adulte. C'est ce que désigne familièrement l'expression « faire pipi au lit ».

ENTEROCYSTOLASTIE : Néo vessie de remplacement, grâce à un segment d’intestin grêle. Le rééducateur aura en charge la reprise du transit et l’adaptation de la néo vessie à sa nouvelle fonction.

EXONERATION : Le fait d’expulser la selle dans un endroit adéquat ou d’exonération involontaire, perte involontaire par défaut de retenue.

FECALOME : accumulation de matières fécales dans le rectum lors d’une constipation prolongée. Peut provoquer un suintement (soiling) que l’on peut confondre avec une incontinence fécale. Il nécessite parfois l’intervention du colo-proctologue qui l’extrait instrumentalement.

FISSURE ANALE : plaie très douloureuse de la marge anale. La douleur s’exacerbe lors des défécations.

FISTULE : communication entre le canal anal et la peau, due à une infection, ou entre le canal anal et le vagin ou plus rarement un urètre et le vagin. Le traitement est chirurgical.

FORCEPS : instrument destiné à faciliter une naissance. Les accouchements par forceps sont plus traumatiques pour le plancher pelvien et le sphincter anal.

GLANDES DE SKENE : au pourtour de l'urètre ou dans la cloison urétrovaginale

GLANDES DE BARTHOLIN : à la jonction vulvo vaginale à la partie postérieure des grandes lèvres.

GRACILOPLASTIE : intervention de Pickrell, qui consiste à transposer le muscle gracilis de la cuisse (droit interne) autour du canal anal pour créer un néo-sphincter, nécessite une rééducation très spécifique.

HEMORROÏDES : De présence anatomique normale dans le canal anal et du rectum, elles peuvent devenir douloureuses et se dilater en période inflammatoire.

HIRSCHPRUNG (syn : Aganglionie ou aganglionose) : Absence congénitale de plexus nerveux dans la tunique rectale. Selon sa localisation et sa gravité nécessite une intervention chirurgicale.

HYSTEROCLE : Hernie descente d’organe, l’utérus fait saillie (plus ou moins dans le vagin).

HYPERTONIE MUSCULAIRE : Concerne l’augmentation anormale du tonus musculaire. Peut-être responsable selon l’endroit de dyschésie et ou de vaginisme. Peut concerner également la vessie qui devient hyperactive.

IMPERIOSITE (Urgenturie) : Envie irrésistible et parfois douloureuse d'uriner.

INCONTINENCE FECALE : difficulté à retenir les gaz et/ ou les selles, y compris les selles formées. On différencie l’incontinence anale passive et l’incontinence anale active.

INCONTINENCE URINAIRE A L EFFORT (IUE): fuite d’une petite quantité d’urine, incontrôlable, qui surviennent pendant un effort physique (en raison d’une pression accrue dans l’abdomen), comme une séance de sport, une danse ou le fait de tousser, éternuer, éclater de rire ou de porter un poids. C’est la forme d’incontinence urinaire la plus fréquente chez les femmes.

Chez les hommes, ce type d’incontinence peut apparaître à la suite d’une ablation partielle ou totale de la prostate (prostatectomie) si la chirurgie atteint accidentellement le sphincter situé au bas de la vessie et le rend moins efficace.

INCONTINENCE URINAIRE D URGENCE (IUU): représente le quart des incontinences féminines, mais elle peut toucher l’enfant et l’homme âgé. Elle est aussi appelée « vessie hyperactive » ou « vessie non inhibée ». Le simple fait de marcher, de penser à uriner (en déverrouillant la porte de la maison, par exemple) ou encore d’entendre de l’eau couler peut déclencher des pertes d’urine parfois importantes. Les personnes atteintes urinent donc fréquemment.

INCONTINENCE URINAIRE MIXTE (IUM): associe une incontinence par impériosité à une incontinence d’effort. Le traitement de l’incontinence d’effort doit être prioritaire, de première intention, car la rééducation peut avoir une efficacité rapide dans cette indication.

MARRISQUES : Appelées à tort ‘’hémorroïdes externes’’ ce sont des séquelles cutanées d’une thrombose veineuse.

MICROBIOTE INTESTINAL : Anciennement flore microbienne intestinale. Très nombreuses colonies bactériennes, participent à l’équibre et au fonctionnement de l’intestin.

MANOMETRIE ANO-RECTALE (MAR) : examen en centre qui consiste à mesurer des paramètres spécifiques de la physiologie recto ano sphinctérienne. Examen non douloureux à l’aide d’une sonde intra rectale.

MANOMETRIE ADAPTEE AU REEDUCATEUR : peut s’effectuer au cabinet du rééducateur à l’aide de sonde dite à double ballons. Pour le bilan et la rééducation des affections ano-rectales. Examen non douloureux.

MICI : Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales. Par exemple/ la maladie de Crohn et la recto colite hémorragique.

MICTION : le fait d’aller uriner.

MONT DE VÉNUS OU MONT DU PUBIS : coussin graisseux recouvert des poils pubiens.

MYORRAPHIE POSTERIEURE (syn. : Post Anal Repair de Parks) : suture rétro anale des muscles releveurs de l’anus pour recréer un angle ano-rectal de valeur normale (traitement de certaines incontinences fécales).

NERF PUDENDAL : nerf mixte (moteur et sensoriel) qui assure la motricité du sphincter anal externe (ancien nerf honteux).

PERIDURALE (ou épidurale) : technique d'anesthésie locorégionale principalement utilisée lors de l'accouchement pour atténuer, voire supprimer, la douleur. Très efficace, cette méthode engourdit les nerfs et désensibilise temporairement la zone du corps où elle est pratiquée.

PERINATALOGIE : science qui s'occupe de périnatalité c'est-à-dire de la période entre la 28e semaine d'aménorrhée et le 8e jour suivant la naissance, du point de vue de la santé du fœtus ou du nouveau-né. Elle s'occupe donc de santé maternelle et fœtale. Par extension, la périnatalogie englobe la néonatalogie, ainsi que les notions de désir d'enfant, de conception, l’accompagnement de la grossesse, la préparation à l’accouchement, les choix des parents relatifs à cette naissance, de l'accueil du nouveau-né, à l'allaitement, les premiers liens, les premiers jours et voire les premiers mois avec le bébé.

PERINEE : Région du corps fermant en bas le petit bassin, traversée par la terminaison des voies urinaires, génitales et digestives.

PERINEOLOGIE : Étude du fonctionnement et des troubles de la région du périnée.

PERINEOPLASTIE : substantif féminin - intervention réparatrice ou reconstructrice portant sur le périnée.

PERINEORRAPHIE (-rraphie, du grec « suture ») : suture du périnée suite à une déchirure ou à une incision chirurgicale. La réparation de l'épisiotomie est une périorraphie.

PERINEOTOMIE : substantif féminin " Incision du périnée ". L'épisiotomie est une périnéotomie

PLANCHER PELVIEN : le groupe de muscles, de ligaments et de tissus qui supportent les organes principaux du bas de l'abdomen (vessie, utérus, intestin) et au travers duquel passent les canaux externes (urètre, vagin et rectum).

PROSTATECTOMIE TOTALE RADICALE (PTR) : Ablation de la glande prostatique et des annexes.

PICKRELL intervention de. (syn. : Graciloplastie) : Transposition du droit interne pour myoplastie anale (traitement de l’incontinence fécale).

POLLAKIURIE : augmentation importante et anormale de la fréquente de mictions. On considère la norme entre 2-7 mictions par 24h, pour une diurèse normale de 1350ml.

POLYURIE : augmentation du volume des urines

PONTE SYGMOIDIENNE : 1 à 2 fois par jour le bol fécal se déverse dans le rectum par le sigmoïde, qui est un sphincter ouvert. Le rectum est normalement vide entre deux pontes.

PTOSE VESICALE : Descente d'organes ou prolapsus : les organes pelviens de la femme peuvent ne plus être soutenus correctement et tendent à « descendre ».

PROLAPSUS RECTAL (syn. : Intussusception du rectum) : Invagination de la tunique interne rectale dans le canal anal. Possible extériorisation à travers l’orifice anal. Ne pas confondre avec rectocèle.

RECTOCELE : Prolapsus ou descente d’organe, protrusion du rectum dans le vagin. Bombement ou /et extériorisation du rectum par le vagin.

RECTOPEXIE : Fixation du rectum prolabé (lorsqu’il fait une saillie dans le vagin), préalablement libéré et retendu, au promontoire sacré.

RESECTION PROSTATIQUE (syn. : Adénomectomie) : Ablation de la glande prostatique par voie naturelle au moyen d’un ré secteur.

SONDES VAGINALES : ont pour but de contracter les muscles du périnée par voie réflexe. Le kinésithérapeute envoie une légère décharge électrique sur le muscle concerné qui se contracte en retour.

SPHINCTER : muscle circulaire situé autour d'un conduit naturel (tube digestif, vessie, etc.). Sa contraction permet de fermer totalement ou partiellement un orifice ou un conduit du corps.

SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE (SII) : trouble digestif concerne l’intestin grêle et le gros intestin. Le patient souffre d’une alternance diarrhée-constipation, de douleurs fréquentes abdominales à type de crampes plus ou moins violentes accompagnées d’anxiété.

SYMPHYSE PUBIENNE : l'articulation antérieure du bassin, entre les os coxaux. C'est un tissu de cartilage fibreux, situé en avant de la vessie et au-dessus des organes génitaux.

VAGINISME : contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l'ouverture du vagin.

VESTIBULE : se situe entre les petites lèvres. Il contient l'orifice des voies urinaires : l'orifice de l'urètre et en arrière l'orifice du vagin.

VULVE : ensemble des organes génitaux externes de la femme, constitué principalement des grandes et des petites lèvres enserrant l'entrée du vagin, de la partie externe du clitoris et du méat urinaire.

#vocabulaire #mictions #SystèmeDéfecatoire #Constipation #accouchement #Prénatale #Enurésie #Périnée #Sexologie #Postnatale #miction #Santé #kiné